REMISES DES PRIX 2015

Remise des prix 2015

La remise des prix des concours de poésie 2015 a eu lieu le samedi 16 Mai 2015 à 14H30 à L’espace Jacques Auriac de St Jean le Thomas.

 

Dans une salle pleine, Eric Jacquelin, président du jury et François Pasquier, président de "la Baie en Poésie"ont été les maîtres de la cérémonie.

A cette occasion Pierre Boullé et Jeannine Sauvage ont présenté leur tableaux, et Eric Jacquelin ses photos de plantes qui ont été exposées au conservatoire botanique national de Brest.

Nadine Lengronne a ouvert la cérémonie avec le Choeur des esclaves de Verdi :

 

 

 

                    -------------------------------------------------------------

                    CATEGORIE ENFANT de MOINS DE 12 ans 

                    ------------------------------------------------------------

 

Le premier prix de la catégorie enfant de moins de 12 ans a été remis par Eric Jacquelin et François Pasquier, le prix étant un dessin réalisé par Véronique Jacquelin par rapport au poème.

 

1er prix : Un séjour en herbe de Provence de Prosper Boigontier 

 

 

 

Un séjour en herbe de Provence

 

Les cigales se réveillent dans leur nid d'épices

L'herbe fraîche se redresse tout en douceur

Toute la petite troupe se balade en choeur

Vite vite avant que la belle journée ne se finisse

L'éclatant soleil les inonde de sa lueur

 

Les belles libellules se cachent au bord du lac

Le grand héron gris guette les petits poissons

Les larves de moustiques s'agitent dans les flaques

Et moi, dans mon fauteuil je trouve que tout sent bon.

 

le 2eme prix a été remis à : Tom Charon  pour le matin 

 

Le matin

 

 

Des le matin,à l'aube

le café est toujours chaud

Mais la mer est froide

 

Un matin très chaud

Les poisson saute dans l'eau froide

Et les enfants dorment

 

Dès l'aube le vent souffle

Tout le monde dort tranquillement

La mer se réveille

 

Dès que le soleil se lève

Les animaux se réveillent

De bonne humeur

 

Le soleil se réveille

Les oiseau chantonnent le matin

Et un chien aboie

 

Un matin très beau

Les oiseau mangent tranquillement

Mais le chien aboie

 

Le soleil se lève

Les chats ronronnent très fort

Les enfants les caressent.

 

Et un Accessit pour la fourmi qui grimpe  aux arbres de Olivia

 

LA FOURMI QUI GRIME AUX ARBRES

 

 Aujourd'hui nous avons été surpris

 Des explosions de saveurs

Quel bonheur

Des odeurs variées

Une idée osée

 

Un plat distingué

Qui m'a fait voyager

Celui-ci vient d'Asie

A base de riz

 

Une sauce sucrée

Pour un plat salé

Un repas gourmand

Pour petits et grands

 

 

                            ---------------------------------------

                            CATEGORIE ADOLESCENT

                            ---------------------------------------

 

Le premier prix de cette catégorie a été remis à :

Suzanne Lambert  pour Voyage, son père est venu recevoir et lire son texte :

 

 

                   Voyage

 

Une nuit d'orage, je quittai les miens pour un voyage sans retour,

Décidée à tout oublier, les visages, les voix et les jours.

Le train s'enfonça dans une montagne de brume,

Des rires s'élevèrent quand nous croisâmes les nuages

Dessinés avec du sable.

Je me laissai tomber dans un sommeil profond,

Veillée par la lune en diamant.

Quand nous passâmes la porte de la montagne,

Le soleil nous accueillit avec le sourire.

Dans la forêt,

J'attendis devant un feu qui diffusait une douce lumière.

Puis je me regardai dans le miroir du fleuve

Et je me demandai depuis combien de temps ma vie avait commencé.

Le soir, je vis les chasseurs courir après les fleurs dans les champs.

La solitude m'envahit soudain

Et je repassai mes souvenirs

Et les images de mon enfance.

 

1er prix ; dessin de Véronique Jacquelin

 

 

2 ème prix : Les étoiles  de Louise Nicolle 

Pour ce 2eme prix,  la lauréate a reçu un magnifique tableau de Jeannine Sauvage.

 

Les étoiles

J’aimerais pouvoir cueillir les étoiles

Qui poussent dans le ciel.

Mais pas celles qui filent,

Car c’est trop difficile.

Seulement celles qui ne bougent pas

Et qui brillent toujours là.

J’aimerais cueillir les étoiles

Qui poussent dans le jardin du ciel

Pour pouvoir en faire un bouquet de Noël

Et l’offrir à ceux que j’aime.

 

 

Accessit : L’amour profond de Louise Lecerf

 

Amour Profond

Un amour,

Pour lui pour moi…

Pour moi

C’est sûr

Mais le sien est incertain.

Je me demande s’il me remarque

Mais moi

Je le vois

Pour moi, facile de le regarder,

Mais il ne me voit sans doute pas

Mais pourquoi l’aimer

Si pour lui,

Je n’existe pas

 

Après un intermède musical avec "le temps des cerises", Eric Jacquelin a procédé à la remise du prix des adultes.

Au préalable, dans le cadre printemps des poètes qui avait pris pour thème " l'insurrection poétique", il a lu un texte de sur Léopold Senghor écrit à cette occasion (ce texte peut être consulté sur le site :

http://ericjacquelin.over-blog.com/

 

 

                                ---------------------------------------------------

                                   CATEGORIE ADULTE POEME

                               ---------------------------------------------------

1er prix : Pentru Anca de Jean-Christophe Eon

 

Pentru Anca

 

Tu sais ? Qui sait ?

 

Je suis celui qui aime les vagues sur un port. Et qui brûlent.

Je suis celui qui tremble sous la voix d’arthur.

Je suis celui qui respire tes blessures et qui entend tes voix qui chantent.

Je suis.

Je suis celui qui brûle au fond des gouffres.

Je suis celui qui entend ton âme au profond de tes yeux.

Je suis le seul.

Je suis.

Je suis celui qui attend et et se brise à ta voix.

Je suis celui qui pleure quand le film est trste.

Je suis les yeux. Tous les yeux qui te cherchent.

Je suis celui qui palpite comme un oiseau du ciel.

Je suis.

 

Tu ouvres la double porte de l’horizon.

Tu es les nuages qui cachent le ciel.

Tu es.

Tu es les étoiles qui courent comme une meute.

Tu n’es pas un nom, tu es un bras.

Tu ne mourras pas sur terre.

Tu es.

Tu voles ? Tu voles.

Tu es celle qui n’est pas des hommes.

Tu es celle qui saisit l’aile de l’oiseau.

Pour traverser l’univers.

Comme les ailes du vent.

Tu es celle qui vole sur la vague du vent.

Sous le poids de ton cœur, s’ouvre la double porte de l’Univers.

 

Je suis celui qui a ton oiseau de cendres dans le cœur.

Je suis celui qui cherche la double porte du soleil.

Je suis ton sein. Je suis ta jambe.

Je suis la pommde pour tes déchirures. Tes pluies.

Je suis le tremblement sous ton soleil, le flamboyant.

Je suis ton silence qui vibre à l’horizon.

Je suis ton silence qui brille comme un œil.

Je suis ton silence qui te perce  le cœur.

Je suis celui qui voit la vivante. Celle de la forêt qui sombre.

 

Je suis celui qui te regarde.

A chaque instant.

 

Qui sait ? Tu sais. 

 

 

Il a reçu une photo, "vague de pierre" venant des côtes bretonnes : 

 

2ème prix, Prix de la ville de Jullouville : Subtilité de  Rozen Janson

Un livre sur le Mont Saint-Michel offert par la mairie de Jullouville, intitulé "CONVERGENCES",  édité par le Conseil général de la Manche, dans lequel on a des photos d'auteurs des époques actuelle et antérieures, des poèmes, des peintures, sculptures propres au Mont et aux paysages de la baie, est remis à la gagnante qui va lire son poème :

 

 Flocons et fougères fractals

Fils d'épeire perlés de rosée

Volutes de brume matinale

Nuances d'un nimbus nival

Détails de l'authentique beauté

 Arabesques d'une lettrine

Arpèges d'une symphonie

Ciselures d'un camée

Teintes d'un vitrail ensoleillé

Beauté des arts en harmonie

 Intime allégresse

Larmes ardentes

Frissons de tendre détresse

Sensibilité à fleur de peau

                                              À fleur de beau affleure le mot    

 

 

3ème prix : Souvent en mal de vous de  Ghislaine Saussereau.

 

Un grand tableau de Pierre Boullé a été remis pour ce prix, "Mots et regards", illustrant la réunion de la poésie, de la musique et du dessin.

 

 

Souvent, en mal de vous…

Mon corps endimanché promène sur les grèves

Un cortège de fantômes auquel mon c?ur en peine

A donné rendez-vous.

Le temps creuse l’absence, je marche pour vous revoir

Me souvenir de vous, surprendre pas à pas

Des images perdues, un sourire, un regard

Pour suspendre le bras de la faux assassine

Qui vous a mis sous terre ou au large jetés.

Fidèles au rendez-vous, en écho à ma peine

Le choeur de vos voix muettes résonne peu à peu

Et bientôt 

La marche silencieuse devient noce joyeuse

Le cortège de fantômes qui ne cesse de grossir

Au son des souvenirs m’enlace tendrement

M’entraîne dans une valse qui mélange en sourdine

Les voix réaccordées des morts et des vivants…

Je croyais vous conduire et c’est moi qui vous suis

Je trace le chemin, mais c’est vous les bergers.

Et quand le soir

Votre escorte invisible me ramène chez moi

Vous ôtez un à un mes habits de chagrin

M’emmitouflez d’espoir pour rêver à demain

Vous me dites à bientôt et bien haut me criez…

De vous claquer la porte au nez !

 

 

 

                           -----------------------------------------------

                           CATEGORIE PREMIER RECUEIL

                           -----------------------------------------------

 

Exceptionnellement, un premier prix pour un seul recueil n'a pas été remis cette année.

En effet, depuis plusieurs années nous recevons environ 20 recueils, ce qui nous permet d'effectuer une première selection et ensuite d'élire un recueil qui est édité à 100 exemplaires, dont 50 pour le lauréat.

Cette année, nous n'avons reçu que 4 recueils, et le jury a décidé après des débats et un partage des avis, de ne pas décerner un premier prix mais d'éditer un extrait de chacun des recueils, considérant aussi que ces recueils étaient de qualité et que nous pouvions récompenser ainsi les participants.

 

Frédéric Rousseau nous a lu un extrait de son recueil 14-18 :

 

Soldat inconnu au bataillon

Soldat inconnu au champ des haillons

Tu sors des rimes de la raison

Ta chair pauvre est celle

Des hommes écartelés

Dans les barbelés

Tu incarnes

Le géant des déchiquetés

Tu es mort on ne sait où on ne sait quand

Tu gis comme un épouvantail au-dessus du temps

 

Qui avait le recul

Pour écrire des vers

Si ce n’est Apollinaire

Et conjurer le mal

Sous forme de carte postale

Marcher en cadence

Marcher au pas

Pouvait-on parler de guerre

Scander douze pieds

C’était déjà douze pieds sous terre

Escadrons d’alexandrins

Quatorze dix-huit n’est pas si loin

Verdun n’est pas si loin

Verdun ne doit pas mourir

Verdun pour se souvenir

Pour les enfants d’aujourd’hui

Et ceux de demain

Ceux pour qui les chiffres

« Quatorze dix-huit »

Ne disent plus rien

 

 

Et les autres lauréats , Daniel Glize sur le sport :

 

La passion du 100 mètres

 

Tels des buffles fougueux qui courbent leur échine,

enfonçant dans les blocs leurs semelles d'épines.

Ils sont sur cette ligne où se fait le départ,

mais leur tête est au bout où la gloire se pare.

 

L'énergie contenue des fibres en tension

attend que le starter exerce sa pression

sur la frêle gâchette au pistolet magique

qui capte les regards de ces gens fanatiques.

 

Le temps va se figer au silence stressant

des souffles retenus et des cœurs palpitants

qui voudraient arrêter l'ultime pulsation

et mourir sublimé en l'extase émotion.

 

Le bruit sec et puissant de l'arme du starter

va exploser les corps en projectile en l'air.

Fonçant tête en avant dans le grand mur du temps,

ils vont fendre l'espace en un éclair de temps.

 

La clameur en ce lieu se conjugue au désir

de chaque pied posé augmentant le délire.

Leur champion se détache avec ardeur, vigueur

grâce aux acclamations flottant avec ferveur.

 

De foulées en foulées, il s'approche du Graal

où la lutte loyale devient trop inégale

car la foule se dresse en un seul mouvement

pour aspirer l'athlète en leur essoufflement.

 

Il jette son torse sur la ligne magique

et arrête le temps de ce parcours mystique.

L'acclamation soudaine explose alors le stade,

pour leur vainqueur brillant, en sauts et accolades.

 

 

France Parkinson : 

 

Il me rattrape, le malin ;

Se cache, sournois, dans les rideaux, sous les bûches

Et m’offre à chaque fois, un visage difforme, grimaçant

Qui m’invite : VIENS…..

Mes jambes chancellent

Ne me portent plus

Se mettre debout relève de l’exploit

La carcasse reste pliée, ne pouvant plus se détendre

Je tombe d’une masse,

le bruit résonne dans mon corps meurtri

 

Gris de peine

J’ai testé l’aquarelle et les nuages m’ont séduite

Curieusement, la lumière pénètre tous leurs replis

Et l’arc en ciel illumine le ciel et m’éblouit.

Le gris de peine fait écran et garde les rayons insoumis.

Mon coeur se réchauffe

Je peux m’endormir…

 

 

et Anne Lhérault-Yavary :

 

Voir l’ailleurs

 

 

Quel est cet homme

Dont la pensée chevauche au loin par les collines sombres ?

Cet homme au cœur plein du désir d’autres contrées

Au cœur furieux contre un corps attaché à ses liens

Esprit en lutte contre son destin

 

Ses yeux avides d’horizon se détachent du labeur

Se projettent par la fenêtre

Sont blessés par les murs

Par la banalité du temps

Par le commun des gens

 

Quel est cet homme

Qui ne se contente pas

Ni d’ici, ni de l’heure

Qui rêve d’un repos suspect

D’un arrêt dangereux de tout

Qui ne sait s’il se veut arbre

Ou cavalier ?

 

Vous trouverez ci-dessous les couvertures des recueils édités, le premier pour la selection des textes seuls dans lequel figurent non seulement les textes récompensés mais aussi une partie de la selection effectuée, le second est celui regroupant un extrait de chacun des recueils reçus.

Tous les ans la présentation de la couverture est la même, diffère la couleur des caractères qui définit et caractérise chaque remise des prix et le prix de la Baie en poésie.

 

 

 

Nadine Lengronne a ouvert la cérémonie avec le Choeur des esclaves de Verdi

Nadine Lengronne a ouvert la cérémonie avec le Choeur des esclaves de Verdi

1er prix enfant : Un séjour en herbe de Provence de Prosper Boigontier

1er prix enfant : Un séjour en herbe de Provence de Prosper Boigontier

1er prix adolescent : Suzanne Lambert  pour Voyage, son père est venu recevoir et lire son texte

1er prix adolescent : Suzanne Lambert pour Voyage, son père est venu recevoir et lire son texte

1er prix adolescent : dessin de Véronique Jacquelin

1er prix adolescent : dessin de Véronique Jacquelin

2 ème prix adolescent : Les étoiles  de Louise Nicolle

2 ème prix adolescent : Les étoiles de Louise Nicolle

1er prix poème adulte : Pentru Anca de Jean-Christophe Eon

1er prix poème adulte : Pentru Anca de Jean-Christophe Eon

2ème prix, Prix de la ville de Jullouville : Subtilité de  Rozen Janson.

2ème prix, Prix de la ville de Jullouville : Subtilité de Rozen Janson.

3ème prix : Souvent en mal de vous de  Ghislaine Saussereau

3ème prix : Souvent en mal de vous de Ghislaine Saussereau

Frédéric Rousseau nous a lu un extrait de son recueil 14-18.

Frédéric Rousseau nous a lu un extrait de son recueil 14-18.

REMISES DES PRIX 2015
REMISES DES PRIX 2015
Retour à l'accueil